Cover à l'arrache - Frontin' (Neptunes)

Ce week-end, c'était la fête de la musique. Je ne suis pas sorti samedi, je trouve que c'est un évenement assez déprimant. J'ai fait mon Anton Newcombe et alors que tout le monde était dehors à écouter des groupes de reprise de Téléphone, j'ai enregistré une reprise complète tout seul comme un grand.

Voulant me remettre à enregistrer, j'ai sorti l'arsenal qui prenait la poussière dans un grand sac à côté de mon placard : micros, pieds, câbles, interface.

Je branche la MOTU sur le portable, je l'allume -> rien. Gniiii ? Même ouverte, le mystère reste entier : l'alim est bonne, le switch aussi ... C'est pas avec mon petit multiomètre à 5€ que je vais réussir à diagnostiquer -> FUCK ! Peut-être l'occasion d'acquérir du matériel correct - comprendre pas en Firewire et pas conçu par des anglais. Je cours donc au Cash Express local. Coup de bol, ils ont une Presonus 44VSL à pas trop cher. Je la prend, je la branche ça marche VOILA C'EST COMME CA QUE CA DOIT SE PASSER ! (Un jour je ferai un post sur la MOTU Ultralight. Il y a beaucoup à en dire, et pas en bien)

Je me lance sur Ghost On The Highway du Gun Club. J'enregistre la gratte en direct, bon son, c'est cool. Je sors mon micro statique Stagg à 100€, acheté en 2010. Il est basique mais il marche bien. Je commence à régler le volume - CRSHRCSHRCHSRCHSRCHSRC ... puis plus rien. OH ! Impossible de le refaire marcher. Je n'entend que les vibrations à travers son transfo disolement. Peut-être que j'arriverai à le réparer avec un oscillo.

Ca commence bien.

Pour compléter la journée j'ai passé plus d'une heure à rétro-engineerer les fichiers de config de Samplitude pour faire marcher la NanoKontrol. Ayant réussi à vaincre la machine (globalement) il faudra que je fasse un post pour décrire la méthode.

BREF, après 5 heures à reconfigurer Samplitude, les VST et tout le bordel, j'attaque, après avoir changé d'avis sur la cible. Ce sera Frontin' de Pharrel Williams.

neptunes_clones_cover.jpg

J'ai enregistré les instruments dans l'ordre des pistes. D'abord la guitare - Jaguar CIJ en direct dans la Presonus.

Couplet: F9 | G9 Pont: Bm7 | Dm9 | Fm9 | D#M7

frontin_chords.png

Le pont me hurle "BOSSA NOVA" à la gueule, alors je le joue bossa. Basse, je prends la fretless, cela va de soi. Je ne suis pas un motif particulier, je tâche juste de commencer toutes les mesures par la tonique. Arrivent les voix. C'est là qu'on commence à s'amuser. Pour le lead, je ne cherche pas à me la jouer voix de fausset. Je la chante à ma hauteur. J'ai déjà suffisamment de mal à prononcer correctement comme ça, je ne vais pas me rajouter des challenges idiots. Pour les choeurs, un en haut, un en bas, classique, je tâche de faires de jolies harmonies. Pas difficile, surtout qu'il n'y en a quasiment aucune dans la version originale (à part vaguement sur les "when we try"). J'hésite à doubler tous les couplets, mais bon, faut pas trop abuser quand-même. J'essaye de faire des glissando sur un ton sur deux harmonies en même temps. Pas facile, là j'ai raté. La dernière fois que j'ai entendu ça c'était deux filles (Mary et Haylen pour ne pas les citer). Quand c'est bien fait ça file la chair de poule. Un jour j'y arriverai ! Qu'est-ce que c'est cool de faire des harmonies à la voix !

Bon, la base est bonne. A partir de là, c'est que du bonus, alors j'y vais franco. Sur le premier pont, un solo de gratte avec ma demi-caisse, un peu jazz/bossa comme il se doit. Sur le couplet qui suit, pour remplacer le slam de l'homme à la gueule de chameau je met un solo de trompette avec sourdine wah-wah. jayz_camel.jpg Autant le solo de gratte j'ai du le recommencer une bonne quinzaine de fois, autant le solo de trompette je l'ai réussi du premier coup. Surprenant. J'en profite pour ajouter de la gratte solo sur le pont final, et je met des pêches à la trompette, avec une deuxième ligne de trompette pour harmoniser. Le côté dissonant n'est pas vraiment voulu à la base, mais je trouve que ça rend bien. Un coup de mélodica pour rajouter une ambiance estivale. J'aime bien le mélodica. Manque une percu. Je met une ligne de tchic-tchich avec deux oeufs. Le fait d'enregistrer avec un micro dynamique est très pratique pour les oeufs, car comme c'est très directif on peut jouer sur les accentuations rien qu'en se positionnant par rapport au micro. Vu que ça me semble encore un peu vide, je rajoute la touche final, la cerise sur le gateau : la boîte à rhythme ultra-cheap, sans laquelle un morceau des Neptunes ne serait pas un morceau des Neptunes. Et pouf ça donne ça:

frontin_project_view.png

Pour la prod, j'ai fait un peu au pif comme d'hab. Compression / exciter / reverbe sur les voix, compression déraisonnable sur la basse + simulation d'ampli, simu d'ampli sur les grattes, un peu de réverbe sur le mélodica. Rien sur le reste. Sur le master compression multibande sur les mediums et aigus, limitation, amplification de la stéréo, réhaussage des aigus et des basses, en prenant systématiquemlent les presets avec "warm" ou "vintage" dans le nom. Ca fait un son bien massif comme j'aime, très "bombastic" avec les basses qui dégueulent et le kick qui tabasse. Ca sature un peu, moi j'aime bien. Les voix pas trop en avant pour ne pas trop qu'on entende ma voix horrible et ma prononciation lamentable.

D'une façon générale j'ai été très raisonnable sur les effets, en comparaison avec mes projets précédents.

frontin_project_view_mixer.png

Et voilà ! Un PC, une carte son, deux grattes, une basse, une trompette, un mélodica, des oeufs à 1€50 et un micro Senheiser E840. Fait ce dimanche 22 juin 2014 entre 15h et 20h.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : http://blog.randagodron.eu/index.php?trackback/5

Haut de page